A propos de la section santé du coeur

Le Réseau francophone pour la santé du cœur et la prévention de l’obésité appelé à l’origine « Le Réseau santé du cœur en francophonie » est né entre la fin des années 80 et le début des 90, de la préoccupation liée au développement des maladies cardio-vasculaires, identifiées comme la principale cause de mortalité dans les pays industrialisés.  Le but général que s’est donné le Réseau est d’agir en prévention primaire, d’abord par une phase d’observation, puis par une phase d’intervention. 

Dans cette optique, un double objectif a été construit : réalisation d’une enquête épidémiologique (conduite entre 1996 et 1999), et mise en place d’actions de prévention. Depuis, le Réseau s’ouvre à d’autres projets : dispositif permanent de recueil de données sur la santé des jeunes, actions en santé, enquêtes épidémiologiques diverses (dépendance nicotinique, évaluation du contrôle du poids…).

De la santé du cœur des jeunes...

La santé au cœur des jeunes fut ainsi le premier projet fédérateur du Réseau santé du cœur en francophonie.  Les équipes des cinq sites francophones – Province de Hainaut (Belgique), Province du Québec (Canada), Département de l’Aisne (France), Canton de Vaud (Suisse), Ville de Sousse (Tunisie) ont mené un recueil de données auprès d’une population d’enfants et d’adolescents âgés de 10, 13 et 16 ans.  Sans être réellement multicentrique, l’objectif de cette enquête, défini dès 1994, était d’observer les comportements et les facteurs de risque déjà présents dans les populations choisies.  Ont été ainsi étudiées la distribution des facteurs de risque cardio-vasculaires (tabagisme, inactivité physique, alimentation riche en graisse, obésité, hypertension artérielle, excès de lipides sanguins), et la description des facteurs sociodémographiques, de l’histoire familiale, médicale, des facteurs psychosociaux et environnementaux associés aux facteurs de risque cardio-vasculaire.  Une description des relations entre les différents facteurs de risque et les facteurs associés a permis d’identifier les priorités d’actions.

... à la santé au cœur des jeunes

Sans rien renier du cardiovasculaire, le Réseau s’est offert un glissement sémantique dès 1998.  La santé du cœur des jeunes devient alors la santé au cœur des jeunes.  Au-delà de la coquille typographique ou d’une coquetterie stylistique, il s’est agi pour les membres du réseau de se rendre à l’évidence de l’expérience du terrain.  Le point de vue cardiovasculaire a été l’occasion d’embrasser la santé des jeunes générations, non de s’y enfermer.  Les partenaires de chacune des équipes, que ce soit en Suisse, en Tunisie, en Belgique, en France ou au Québec, ne s’y sont pas trompés.  Ainsi, pour ne prendre que deux exemples, l’enquête québécoise s’est trouvée incluse dans une recherche plus large sur la santé des jeunes : l’équipe suisse a fortement recentré son étude autour de la pratique d’activités physiques et des comportements alimentaires.

De fait, l’enjeu pour le Réseau est bien d’œuvrer à l’amélioration de la santé des jeunes générations en favorisant l’adoption des comportements sains tant pour les jeunes que pour leur famille.  Les projets d’actions locaux doivent répondre à ce but à partir des données fournies par les différentes enquêtes tout en s’inscrivant dans les politiques de santé publique définies régionalement.  Le recueil des données et l’analyse statistique  ne sont donc pas une finalité en eux-mêmes.  Il s’agit bien d’une étape préalable qui n’a d’autre sens, à partir des donnés analysées, que de pouvoir initier une mobilisation sociale, de la population aux acteurs de santé publique et aux décideurs et autres pouvoirs locaux.

Mais une enquête ponctuelle montre vite ses limites, aussi riche soit-elle, d’autant que le champ défriché montre l’ampleur du travail à faire.  D’autres projets sont donc nés au sein des équipes du Réseau, associant le plus souvent deux ou trois équipes.

 

 

Comptes rendus

Il n'y a aucun article.